La ligne Nantes – Bordeaux enfin réouverte le 31 juillet

Temps de lecture estimé à environ 6 minutes.

Publié le 18 août 2021 par

Miora R. Avatar de l'auteur "Miora R."

SOMMAIRE

La ligne entre Nantes et Bordeaux fonctionne de nouveau depuis le samedi 31 juillet, après 19 mois de travaux. Rappelons qu’elle permet de relier les deux villes en seulement 4h13, en passant par La Rochelle, Luçon et la Roche-sur-Yon. Cette réouverture pourrait apporter de grands changements dans la vie des habitants et des voyageurs qui utilisent cette ligne de manière régulière. En effet, il est aujourd’hui possible de relier directement les deux villes, sans changement de train. La ligne a subi d’importants travaux pendant une période de près de deux ans. En moyenne, les trains pourront rouler à 120 km/h sur cette nouvelle ligne. La réouverture de la ligne Nantes-Bordeaux offre de nombreux avantages, et pourrait même avoir un impact positif sur le marché de l’ immobilier neuf à Nantes.

©Eo naya - Shutterstock

Ligne Nantes-Bordeaux : des travaux sur près de deux ans

La ligne ferroviaire Nantes-Bordeaux a été mise en service en 1871. Elle n’a connu jusque-là que des travaux d’entretien. Au fil des années, les trains ont dû baisser considérablement leur vitesse à cause de l’état de la voie, ce qui a engendré de nombreux retards sur les trajets. D’importants travaux étaient nécessaires, notamment sur la section entre La Roche-sur-Yon et La Rochelle, sur une longueur de 1303 kilomètres. L’opération de modernisation a été menée entre janvier 2020 et fin juillet 2021. Depuis le 12 juillet 2021, des trains ont pu de nouveau circuler sur cet axe à 130 km/h. Ces trains d’essai ont démontré l’importance des travaux effectués.

Les travaux avaient déjà pris du retard à cause de la crise sanitaire qui a bloqué temporairement le chantier. En effet, la réouverture de la ligne était initialement prévue pour fin mai 2021. Les objectifs ont finalement pu être atteints grâce à une vingtaine d’ateliers menés en simultané et le travail de plus de 500 personnes.

Les lignes Intercités se modernisent peu à peu. Le chantier de renouvellement de la ligne Nantes-Bordeaux a coûté 155,5 millions d’euros, comprenant l’étude et les travaux. Il a été financé dans le cadre des contrats de plan État-Région de Nouvelle Aquitaine et des Pays de la Loire. La SNCF a précisé que ces travaux d’amélioration constituent la première étape de progrès dans la perspective de la modernisation complète de l’infrastructure au sud de la Rochelle. Par ailleurs, la modernisation de la gare de Luçon permet désormais l’accessibilité aux voyageurs à mobilité réduite aux quais par la création d’un sous-terrain.

©Marc Ryckaert - Wikimedia Commons

Un gain de temps considérable

Les travaux réalisés sur la ligne Nantes-Bordeaux permettent, aujourd’hui, de réduire significativement le temps de parcours. Concrètement, il faut actuellement 4h07 pour le trajet Bordeaux-Nantes et 4h13 pour le sens Nantes-Bordeaux. On a donc un gain de 41 minutes par rapport à la précédente situation où les trains étaient limités à 110 km/h. Beaucoup de personnes pourront profiter pleinement de ce temps gagné, que ce soit les voyageurs occasionnels ou ceux qui empruntent la ligne quotidiennement. Il faut savoir que la ligne est parcourue chaque jour par trois allers-retours Intercités, un aller-retour TER et plusieurs trains de fret. Au total, on arrive à plus d’un million de voyageurs par an, en moyenne.

1,7 million de voyageurs annuel

La SNCF souligne qu’avec tous les trains remis en service sur cette ligne, le taux de fréquentation des gares devraient grimper en flèche. La capacité technique de la ligne permettra de répondre efficacement aux besoins futurs d’accroissement du trafic ferroviaire. Avec les travaux entrepris pour la ligne Nantes-Bordeaux, l’anticipation de la modernisation de la seconde voie a été plus facile. La société de transport affirme que près de 1,7 million de voyageurs devraient emprunter cette ligne chaque année.

Trois allers-retours seront donc assurés quotidiennement, en passant par les gares de La Roche-sur-Yon, Luçon, La Rochelle Ville, Rochefort, Saintes et Jonzac. Selon les responsables de la SNCF, un aller-retour supplémentaire sera ajouté à partir du 12 décembre.

©IR Stone - Shutterstock

Un confort optimisé

Chacune des 269 places des trains mis en service actuellement est équipée de prises électriques pour un meilleur confort d’utilisation des voyageurs. Par ailleurs, chaque rame dispose désormais d’un espace de transport payant pour six vélos, qu’il faudra réserver au préalable. Pointée du doigt sur le sujet à quelques reprises, la SNCF a fait diverses modifications pour permettre l’accès aux personnes en situation de handicap.

La signature Thalès

En dehors des travaux de renouvellement de la voie, ces opérations ont également vu le déploiement d’une signalisation ferroviaire informatique ainsi que des compteurs d’essieux innovants qui ont été développés par la société Thalès. La communication entre ces éléments se fait par fibre optique. Grâce à ce type de système, il est désormais plus facile de densifier le flux des trains sur une même voie et de permettre l’optimisation de l’usage de l’infrastructure.

En collaboration avec Bouygues, les équipes de Thalès ont pris en main les phases de modernisation de la signalisation. Durant cette étape du projet, les systèmes de signalisation mécaniques ont laissé leur place à un système informatique moderne, en plus d’une commande centralisée au niveau du poste d’aiguillage de La Roche-sur-Yon. Les travaux d’enfouissement des câbles de signalisation en fibre optique, l’installation des équipements de signalisation sur la voie ferrée ainsi que les paramétrages informatiques et les différents essais ont été effectués quelques semaines avant la réouverture de la ligne.

Des travaux dans le respect de l’environnement

Cet aspect du chantier réalisé sur la ligne Nantes-Bordeaux est un des plus importants selon les responsables. La SNCF a toujours essayé d’apporter sa contribution en ce qui concerne le recyclage des matériaux. Ainsi, pendant les travaux de rénovation de la ligne, la société de transport a encore une fois misé sur l’écoconception. La récupération des matériaux encore réutilisables a donc été préférée à l’achat de nouvelles pièces. Au total, pour la rénovation des voies, 90 000 tonnes de ballast ont pu être récupérées. Ces cailloux qui composent la voie ferrée ont été filtrés au tamis avant d’être réutilisés. Cette démarche peut sembler anodine pour certains, mais elle a permis de recouvrir 30 % de la ligne, offrant en conséquence une économie de CO2 atteignant les 1 000 tonnes. En même temps, 16 kilomètres de rails ont pu être réutilisés pour éviter une surcharge de production qui aurait eu un impact négatif sur l’environnement.

©Piyapong Wongkam

Vers la création de nouvelles lignes ?

La réouverture de la ligne Nantes-Bordeaux illustre très bien les efforts fournis par la SNCF pour moderniser son réseau Intercités, avec l’aide de l’État. Rappelons qu’à cause de sous-investissements sur cette ligne, les usagers ont commencé à déplorer le service proposé. Ces lignes sont subventionnées et conventionnées par l’État.

En ce moment, un rapport gouvernemental proposerait la création de nouvelles lignes de jour et de nuit. Selon les principaux concernés, il s’agirait d’un prolongement de la ligne Bordeaux-Toulouse-Montpellier-Marseille jusqu'à Nice, d’une part, et d’autre part de créer une liaison entre Toulouse-Lyon et Grenoble-Lyon-Dijon-Nancy-Metz. Le prolongement de la transversale Nantes-Le Mans-Rouens-Amiens-Lille serait aussi envisagé. Pour cette année, la SNCF compte bien maintenir sa trajectoire d’investissement pour les projets et opérations essentiels, dont ceux de modernisation et de régénération du réseau ferroviaire national. Pour 2021, un peu plus de 11,5 milliards d’euros d’investissements seront mobilisés. Près de 40 % de ce budget sont financés en propre et plus de 90 % réalisés dans le ferroviaire et en France. À la fin du premier semestre, la facture des dépenses est à hauteur de 4,7 milliards d’euros.

Partager sur