Pirmil Les Isles : où en est le projet de la ville-nature à Nantes ?

Temps de lecture estimé à environ 7 minutes.

Publié le 12 mai 2021 par

Sophie Castella Avatar de l'auteur "Sophie Castella"

SOMMAIRE

C’est l’une des grandes ambitions de Nantes Métropole pour le Projet 2030. Depuis 3 ans déjà, la petite rive à cheval sur les communes de Nantes, Rezé et Bouguenais poursuit sa métamorphose. Connu pour être un terrain en zone inondable et exposé au bruit par la proximité de l’Aéroport de Nantes Atlantique, Pirmil Les Isles se veut être LA ville-nature de demain. Destiné à accueillir de nouveaux habitants, le projet viendra renforcer l’offre de logements neufs à Nantes.

Lauréat du “Grand prix d’aménagement : comment mieux bâtir en terrains inondables constructibles”, c’était un énième pas franchi par Nantes Métropole, pleinement engagée dans la transition écologique. Où en est le projet à ce jour ? Retour sur l’avancée du projet et les enjeux affichés par Nantes Métropole.

© saiko3p - shutterstock

”La Loire, la nature, la ville”

Telle était la signature pour affirmer la nouvelle identité de Pirmil-Les Isles, mais aussi son multi-potentiel. Ambition affichée dès le 31 er janvier 2017 par Johanna Rolland, Gérard Allard et Frédéric Bonnet, lors d’une réunion publique en présence de 200 habitants du territoire.

”Nous sommes probablement la seule grande métropole qui dispose d’un potentiel comme celui de Pirmil-Les Isles.” déclarait Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole.

Si l’enjeu majeur est avant tout d’imaginer “la ville de demain” - bas carbone et résiliente - l’objectif est aussi d’y relocaliser les activités existantes afin de “libérer le long de la Loire” et d’y produire plus de logements. “Nous réfléchissons à ces enjeux de commerces de proximité, d’écoles par exemple”, poursuit la maire de Nantes. Les ambitions sont d’ailleurs partagées avec les habitants présents, puisque l’objectif est aussi de construire un modèle d’urbanisation inclusif et d’anticiper les besoins des citoyens et ainsi de répondre à leurs attentes.

Des premiers jardins tests lancés

© Zenzeta - shutterstock

L’une des premières étapes du projet de Pirmil-Les Isles consistait à aménager des jardins-tests sur le territoire de Basse Île. Ces jardins viennent répondre à une problématique d’appauvrissement des sols, dû au passé industriel du secteur. L’idée était donc de reconstituer un sol fertile tout en économisant matières et moyens.

Conduits par d’Ici-là, Obras, Biotec et Artelia, ces jardins ont pour principale vocation de tester les principes de conception de la ZAC en conditions réelles. Relié à la zone “Transfert”, dédiée à l’art et à la rencontre, l’un des jardins a été conçu comme un lieu à usages multiples où ont été aménagés des espaces de plantations, une prairie bosquets et jardin frais ainsi qu’une place où a été installée “la cabane du projet”.

En plus du jardin Transfert, une forêt urbaine participative a également été développée avec l’association Minibigforest. Composée d’une trentaine d’essences locales, cet espace aura vocation à recréer un mini-écosystème végétal, s’inspirant des mécanismes d’une forêt naturelle. Les occupants de Transfert et les enfants des écoles de Rezé seront par ailleurs associés à la démarche.

Des ateliers d’échange organisés autour de l’éco-construction

Pour associer l’ensemble des acteurs économiques de Pirmil Le Isles, Nantes Métropole Aménagement et ses partenaires ont développé une méthode de concertation axée sur 2 grands principes : être concret et jouer collectif.

Pour donner lieu à cette réflexion collective, 4 ateliers ont été organisés entre décembre 2019 et février 2020 avec pour objectif d’identifier les innovations qui pourront faire avancer la transition environnementale du territoire, les “ateliers Pas de Côtés” :

En mettant les connaissances en commun et en faisant se rencontrer les acteurs des différentes filières, plusieurs réponses innovantes ont pu être apportées pour construire le projet de manière éco-responsable.

© ProStockStudio - shutterstock

Quels enjeux pour Pirmil-Les Isles ?

Quatre axes ont été établis pour répondre à toutes les ambitions fixées par le projet :

Construire une économie circulaire

La réflexion collective autour du projet Pirmil-Les Isles a conduit les citoyens à proposer de nouvelles manières de construire une ville responsable.

Pour ce faire, de nouveaux modes d’aménagement et de construction ont été avancées, tournés vers des process plus écologiques et financièrement accessibles.

L’idée est donc de construire différemment mais à prix raisonnable en associant tous les acteurs professionnels de Pirmil Les Isles.

L’économie circulaire c’est quoi ?

Nouveau modèle économique, elle consiste à produire des biens et des services de manière durable en limitant la consommation, le gaspillage des ressources et la production de déchets. L’idée est donc de passer d’une société “du tout jetable” à un modèle économique plus circulaire.

Ministère de la Transition Écologique

S’adapter aux risques naturels

C’est un défi que devront relever de nombreuses villes bordées par des fleuves ou des rivières : faire face aux risques naturels tout en opérant une reconquête du territoire naturel. L’idée est donc d’inclure ces espaces aux nouveaux aménagements urbains plutôt que de contrer les risques et d’interdire les constructions.

Pour ce faire, parcs transversaux, jardins partagés, allées piétonnes et pistes cyclables viendront d’une part créer un “véritable ciment vert” sur le bord de Pirmil Les Isles mais aussi venir alléger le paysage. Pour l’urbaniste en charge du projet Frédéric Bonnet, si la zone inondable ne représente en réalité que 10 % de la surface du projet, “l’ensemble ouvre de nouvelles opportunités d’innovation”.

Produire de nouveaux logements : la dernière étape clé du projet

Accueillir de nouveaux habitants est un des objectifs de la ZAC. Ce sont ainsi 3 300 nouveaux logements qui verront le jour sur une période de plus de vingt ans sur 2 territoires de Pirmil Les Isles : Basse-Île où étaient situés les anciens abattoirs et où seront créées des activités tertiaires et des logements de grande variété, petites maisons de villes avec jardin et immeubles avec terrasses et Pirmil avec 1 000 logements créés avec des activités tertiaires en rez-de-chaussée.

La transition écologique en trame de fond

Pour relever le défi de la ville responsable, le projet avait dès le début l’ambition de mettre en œuvre une approche urbaine nouvelle, plus collective et créative. Pour ce faire, l’objectif est de créer un tissu économique local équilibré entre aménagement et solutions écologiques.

Pour œuvrer à ce dessein, l’ensemble des acteurs du projet, incluant les professionnels de Pirmil ont été associés au projet. Une cinquantaine de structures se sont d’ailleurs rencontrées pour évoquer les questions des matériaux à privilégier, de mobilité, de paysagisme et d’énergie.

Privilégier la mobilité douce

Pour répondre aux enjeux de la mobilité, son rôle a ainsi été requalifié pour permettre de développer plus de liaisons douces, notamment en limitant le stationnement tertiaire en privilégiant les stationnements dédiés aux vélos. Au printemps 2020, une AMO (Assistance à Maîtrise d’Ouvrage) a été désignée pour accompagner la démarche.

© Alex Yuzhakov - shutterstock

Une ville tournée vers la nature

Avec une trame paysagère de 3 kilomètres bordée par la Loire, Pirmil-Les Isles est en dialogue direct avec la nature. Pourtant ces espaces n’étaient pas encore assez exploités, ce à quoi l’agence de paysagiste d’Ici-là souhaite répondre par la création d’un vaste parc fluvial.

Nommé “Jardin du Confluent”, celui-ci s’étend de la confluence de la Sèvre jusqu’à Trentemoult et son ruisseau de la Jaguère. Espaces paysagers et quartiers s’y connecteront de manière harmonieuse pour proposer un nouveau lieu d’échange et de loisirs. Pour répondre aux enjeux du réchauffement climatique, l’équipe d’Obras s’est inspirée des techniques forestières en densifiant les plantations, avec des espèces végétales résistantes aux climats chaud et sec. Pour remettre l’Arbre au centre du paysage urbain de Pirmil-Les Isles, ce sont près de 50 000 arbres qui ont été plantés pour constituer cette “canopée urbaine”.

Partager sur