Les prix de l’immobilier à Nantes

Temps de lecture estimé à environ 6 minutes.
Avatar de l'auteur "Miora R." Miora R.

le 16 juin 2021

SOMMAIRE

Malgré la crise liée à la pandémie, les prix de l’immobilier à Nantes n’ont pas cessé d’augmenter depuis maintenant un an. Le marché est en pleine euphorie et les vendeurs sont de nouveau en position de force, les ventes sont d’ailleurs plus fréquentes. Cette flambée des prix ne concerne pas uniquement Nantes, la progression des prix est présente dans 10 des 11 grandes villes de l’Hexagone. Rien que pour le mois de juin, les experts ont analysé une hausse de 0,4 % en moyenne par rapport au mois précédent. Pour la ville de Nantes, la hausse est assez nette, avec + 1 % sur une période d’un mois. Comment se comportent les prix de l’immobilier neuf à Nantes ?

© Altitude Drone - Shutterstock

Immobilier à Nantes : Un dynamisme qui devrait durer

Le dynamisme du secteur immobilier devrait certainement continuer dans les prochains mois à Nantes. Les acheteurs se bousculent pour investir, notamment à cause du contexte actuel où les incertitudes face à l’évolution économique et sanitaire du pays sont en train de se dissiper progressivement, grâce notamment à l’efficacité des différentes mesures de soutien mises en place ainsi que la bonne tenue du marché de l’emploi, boostée par l’accélération de la campagne de vaccination. Par ailleurs, comme chaque année, les ventes de biens immobiliers sont plus nombreuses au printemps, un effet saisonnier qui semble encore être d’actualité.

La baisse des délais de vente est un phénomène qui a marqué le grand retour du marché immobilier à Nantes. En moyenne, il faut aujourd’hui 15 jours de moins qu’en début d’année pour finaliser une transaction. Les délais de vente tournent actuellement autour des 42 jours, un record qui ravit les acteurs principaux du marché.

Nantes : les prix de l’immobilier en hausse même avec la Covid

Normalement, les prix dans le secteur de l’immobilier devraient s’effondrer à cause de la crise planétaire, entre 5 et 15 % selon les régions. Après un an, l’histoire est toute autre. Dans certaines métropoles, notamment à Nantes, c’est le contraire qui se produit. Les prix ont augmenté de 6,5 % dans la métropole nantaise, selon le baromètre Meilleurs Agents. Rappelons que Nantes a reçu la médaille d’or des villes les plus attractives pour les familles (Palmarès 2021 du Figaro). Sur la majorité des grandes villes de France, il n’y a que Montpellier qui a constaté une légère baisse de prix depuis le mois de mai, mais toujours avec un pourcentage qui n’est pas si dramatique (-0,3 %). Cela signifie qu’il n’y a pas eu de réel effondrement de prix qui a été observé pour le moment. Bien entendu, il s’agit ici d’une statistique mensuelle, mais ce type de dynamisme n’avait pas été constaté depuis longtemps. Les acheteurs font actuellement face à une concurrence très forte, ce qui les oblige à prendre rapidement des décisions pour ne pas rater une offre sous prétexte qu’ils pourront trouver une autre au meilleur prix ailleurs. Les experts sont unanimes, le secteur de l’immobilier fait beaucoup mieux que résister difficilement contre la crise sanitaire.

Les détails sur les prix de l’immobilier à Nantes

D’après le baromètre Meilleurs agents, le prix du m2 moyen d’un appartement neuf à Nantes est de 3 605 €, mais cela peut varier entre 2 409 € et 4 767 €, en fonction des zones concernées. Le prix du m2 pour les maisons est toutefois encore plus élevé, il est estimé à 4 438 € en moyenne (soit une hausse de 23,1 % par rapport aux appartements). Selon le standing des maisons et les rues où elles sont implantées, les prix peuvent varier entre 2 965 € et 5879 €. L’évolution du marché immobilier à Nantes est en bonne voie. En effet, pour le mois de juin, le nombre d’acheteurs est supérieur de 12 % au nombre de biens à vendre, une preuve solide du dynamisme de ce marché. Dans les prochains mois, les prix de vente devraient encore augmenter et les délais de vente devraient progressivement diminuer. Voici quelques références sur le prix moyen du m2 dans les quartiers nantais :

© kateafter - Shutterstock

Les prix de l’immobilier dans les villes voisines de Nantes

Le prix de l’immobilier dans les villes voisines de Nantes a aussi connu une nette augmentation si l'on devait faire une comparaison avec les mois précédents. Voici quelques exemples des prix au m2 moyen dans les communes environnantes :

Les prix moyens de loyer mensuel à Nantes

À Nantes, le loyer mensuel par mètre carré pour un appartement est de 13,6 €, cela peut varier entre 10 € et 21 €. Pour une maison, le loyer mensuel moyen est de 12,2 €, avec une variation entre 9,7 € et 14,9 € en fonction du lieu et du standing du bien immobilier.

Les chiffres de la FPI

© Olesya Tseytlin - Shutterstock

La FPI, Fédération Promoteurs Immobiliers, regroupe les promoteurs immobiliers de France en immobilier d’entreprise et en logement. Elle a publié les chiffres du premier trimestre 2021 de son Observatoire statistique national, qui représente un baromètre des indicateurs avancés en logement dans chacune des régions de l’Hexagone depuis 2010. D’après la fédération, les ventes de logements neufs se redressent certainement, mais restent tout de même faibles. Il a toutefois été remarqué que les ventes ont progressé de 12,8 % par rapport au premier trimestre 2020. Ces données sont à prendre avec prudence selon les experts, car le premier trimestre 2020 affichait des chiffres particulièrement faibles par rapport au premier trimestre 2019 (-30 %). Par ailleurs, les volumes de vente en 2021 restent encore inférieurs à ceux de 2017,2018 et 2019, on ne peut donc pas constater de rattrapage des ventes qui ont été perdues en 2020, période du premier confinement. Une autre raison qui pousse la fédération à rester prudent réside dans le fait que ce premier trimestre profite d’une dynamique importante des ventes en bloc, avec une hausse de 57,1 %, ce qui contraste efficacement avec la faiblesse du rebond des ventes faites aux particuliers, à hauteur de 6,9 %, dont l’accession à la propriété.

La présidente de la FPI France, Alexandra François-Cuxac, précise que les ventes de logements neufs ont, certes, connu une augmentation par rapport à 2020, mais pendant cette période, le marché était en partie à l’arrêt. Elle souligne qu’en réalité, les ventes sont juste revenues à leur niveau de 2016 et que la faiblesse de l’offre pèse beaucoup sur le volume des ventes.

Il faut savoir que si les promoteurs peinent à vendre des logements, c’est surtout parce qu’ils ont du mal à en produire, faute de permis de construire et de foncier. On assiste aujourd’hui à une chute remarquable de la construction dans le neuf, avec près de 25 % de baisse de délivrance de permis de construire sur 12 mois dans le collectif, rajoute la présidente de la FPI France.

Partager sur