La caserne Mellinet à Nantes : une deuxième vie civile pour le site historique

Temps de lecture estimé à environ 6 minutes.

Publié le 23 juillet 2021 par

Miora R. Avatar de l'auteur "Miora R."

SOMMAIRE

En 1594, ce site historique appartenait au duc de Mercœur et gouverneur de Bretagne, Philippe-Emmanuel de Lorraine. Après le 27 juillet 1794, il est devenu un hospice appelé « l’Hôpital des Réfugiés ». Après la Révolution, il accueille une institution religieuse, celle des Dames du Sacré-Cœur. Vient ensuite la loi de 1905 qui a chassé les religieuses au profit des militaires. Aujourd’hui, la caserne Mellinet à Nantes poursuit son histoire et les habitants de la ville s’impliquent pour la transformer en un quartier attractif et innovant dans lequel se côtoient logements, bureaux, commerces, équipements publics et espaces verts. Les personnes qui souhaitent investir dans un logement neuf à Nantes pourront alors profiter d’une offre riche et variée. Faisons le point sur la métamorphose de cette ancienne caserne militaire nantaise.

© Leonid Andronov - Shutterstock

Une ère nouvelle pour un grand projet urbain innovant

Cela fait onze ans maintenant que les militaires ont quitté le site. Des maisons et des immeubles vont remplacer la caserne Mellinet à Nantes. Les travaux de démolition ont commencé il y a quelques années pour les anciens bâtiments qui y sont installés. Mais certains d’entre eux ont été conservés. La vente du terrain par l’État à la Métropole a été conclue en 2013, pour une valeur de 6,3 millions d’euros. Cette vente est accompagnée d’obligations : la construction de logements sociaux (35 %) et de logements en accession abordable (35 %). L’adjoint au maire chargé de l’urbanisme, Alain Robert, a évoqué l’existence d’une clause anti-spéculative qui empêche la revente dans les sept premières années.

Le projet sera divisé en six hameaux. Les maisons individuelles et les petites constructions prendront place au nord, du côté de la rue du Général Buat. Les grands ensembles, avec des immeubles comportant jusqu’à neuf étages, quant à eux, seront installés dans la partie centrale qui est beaucoup plus dense. Pour mettre en valeur le caractère patrimonial de l’ancienne caserne militaire de Nantes, près de vingt bâtiments seront transformés en immeubles de bureaux, en ateliers dédiés aux artistes ou en crèche. Comme le programme prévoit la construction de plusieurs logements, le quartier va accueillir de nombreuses familles avec enfants. Un groupe scolaire maternelle et primaire est déjà en construction sur le hameau de l’Éperonnière et ouvrira ses portes à la rentrée 2022. Une autre particularité de la reconversion de la caserne Mellinet Nantes : la démarche lors de la démolition et de la récupération de matériaux (pierres de taille, briques, chevrons de bois, ardoises, moellon granit…). Pour enrichir le projet, ces matériaux seront réutilisés dans les espaces publics, permettant ainsi de prolonger l’histoire de ce site historique nantais au travers de nouvelles formes : murets, revêtements de sol, mobiliers…

Un projet co-construit avec les habitants

La création d’espaces verts, de jardins familiaux partagés et d’une école est également prévue dans le programme. Les riverains avancent aussi d’autres idées comme la réalisation d’un marché, de terrains de sport, d’un café de quartier… Pour l’ancienne caserne Mellinet à Nantes, les architectes ont envisagé de privilégier les déplacements doux. Des parkings souterrains ont été alors créés. Comme il s’agit d’un projet co-construit avec les habitants, ceux-ci ont participé à divers ateliers à thème, avec les différents responsables, afin d’imaginer leur futur quartier. En février 2017, par exemple, Nantes Métropole Aménagement (NMA) a organisé un atelier de travail citoyen, en présence des services de Nantes Métropole, de Stéphane Pourrier (architecte-urbaniste de l’atelier TGTFP), de Thibaut Barbier (paysagiste), de Mathieu Delorme (spécialiste de la concertation chez l’atelier Georges) ainsi que des équipes d’architectes et de promoteurs désignées pour la réalisation des premiers logements sur le site.

La construction de 1 700 logements d’ici 2030

Le site de l’ancienne caserne Mellinet à Nantes a fait l’objet de grands travaux ces dernières années. La Ville a programmé, sur le foncier de 13 hectares, la construction de 1 700 logements d’ici 2030. Ce premier secteur se situe après l’entrée du côté Saint-Donatien. Cet ensemble a été baptisé « hameau Chapus ». Les habitants ont pu visiter les lieux pour observer les différentes transformations. L’ensemble accueille quatre programmes immobiliers neufs, avec notamment 108 logements abordables, 86 logements à prix libres et 50 logements sociaux. La coopérative GHT a mis sur pied 15 maisons, composées de quatre à cinq pièces, et 36 appartements, allant du deux au quatre pièces. Ces logements sont proposés en accession abordable, avec un prix attractif de 2 600 €/m2, ce qui explique le nombre de candidats en liste d’attente. De plus, avec une exonération de taxe foncière durant 15 ans, l’offre immobilière attirait de plus en plus de monde. 12 maisons individuelles comportant quatre à cinq pièces, et 45 appartements composés de deux à cinq pièces ont également été construits par le CIF. Conçus pour les ménages aux revenus modestes, ces logements sont proposés en PSLA (prêt social location-accession).

Le hameau Chapus reflète à la perfection les ambitions du projet. Composé de maisons individuelles, d’immeubles et d’espaces dédiés aux bureaux, l’ensemble affiche des hauteurs progressives qui prolongent les formes urbaines voisines. Des stationnements mutualisés, une place publique ainsi que des espaces verts partagés en cœur d’îlots favorisent la convivialité et les usages de proximité.

Des bureaux atypiques et une friche culturelle ?

Avec la reconversion de cette ancienne caserne militaire à Nantes, c’est tout un quartier qui se transforme. Près de 20 bâtiments du site sont inscrits au PLUm comme Patrimoine Nantais. Les écuries, l’ancienne infirmerie, les deux pavillons d’entrée ainsi que plusieurs bâtiments ont été conservés pour être transformés. Les bâtiments de troupe B19 et B20, construits en 1913, représentent le cœur patrimonial de la caserne. Ils assurent donc le lien entre l’histoire de Mellinet et le quartier en devenir. Le bâtiment 19 est réhabilité en hôtel d’entreprises afin de développer l’activité économique tertiaire au sein du quartier. Rigoureuse et singulière, l’architecture de ce bâtiment se distingue par des proportions symétriques et massives. C’est cette identité architecturale forte qui permettra de créer des lieux de travail atypiques, des bureaux originaux pour les entreprises hébergées.

Les anciennes écuries, au sein du hameau Paladines, seront réhabilitées pour abriter un pôle d’artisanat d’Art, un lieu de « l’avant-garde culturelle » au cœur du quartier. La direction du développement culturel de Nantes désire y installer des espaces de travail consacrés aux artisans d’art. « Friche culturelle », c’est le nom qui est affiché sur les plans de l’aménageur pour un autre bâtiment à l’est du site qui sera réhabilité. L’objectif de la reconversion de ces bâtiments existants qui sont organisés autour d’une cour centrale est d’en faire un lieu ouvert sur le quartier, un lieu polyvalent pouvant accueillir différentes formations, comme des cours en collaboration avec l’École des Beaux-Arts de Nantes Saint-Nazaire.

Les travaux du bâtiment 38, situé au sud de la caserne Mellinet à Nantes, sont portés NMA (Nantes Métropole Aménagement). Ces travaux accompagnent l’arrivée de la structure ICI Nantes : manufacture collaborative et solidaire dédiée aux artistes, entrepreneurs, artisans et designers. Des ateliers partagés seront organisés dans ces locaux aménagés par ICI Nantes. Des machines et autres outils, ainsi qu’une galerie showroom ouverte au public et un espace de coworking seront mis à disposition.

Partager sur