Nantes : la demande sur le marché immobilier s’intensifie

Temps de lecture estimé à environ 7 minutes.

Publié le 05 janvier 2021 par

Gilles Vidotto Avatar Gilles VIDOTTO

SOMMAIRE

Nantes, ville attractive au dynamisme qui n’est plus a démontré, a la côte auprès des investisseurs immobiliers. La demande de logements neufs à Nantes ou d’habitations plus anciennes ne cesse d’augmenter ces dernières années. Quitte à provoquer une pénurie de l’offre immobilière. Suite aux différents confinements qui ont jalonné l’année 2020, les besoins des Nantais sur la question du logement ont évolué. Les appartements et les maisons possédant un extérieur (jardin, terrasse, balcon) s’arrachent dans la métropole du Pays de la Loire.

Le marché immobilier à Nantes est plus que jamais sous tension. Avec une demande supérieure à l’offre, les prix immobiliers ne cessent d’augmenter, passant de 2 918 €/m² en 2015 à 4 185 €/m² cinq années plus tard. Dans ce contexte si particulier, comment la ville de Nantes arrive-t-elle à faire face à la pénurie de logements ? Explication.

Marché immobilier à Nantes – Vue de rue sur des immeubles résidentiels dans la ville de Nantes.
@ RossHelen - Shutterstock

Nantes, une ville qui attire les investisseurs immobiliers

La tension immobilière du marché nantais était déjà présente avant la crise sanitaire causée par la pandémie de la Covid-19. En 2020, cette tendance n’a fait que se confirmer. Comme pour la plupart des métropoles de France, la demande de logements dans la ville de Nantes est largement supérieure à l’offre. L’attractivité de la métropole n’a jamais cessé d’augmenter au fil des ans dont on peut observer une accélération ces derniers mois. L’afflux de nouveaux acquéreurs immobiliers à Nantes provoque une tension démographique.

Véritable bassin de l’emploi, et succursale d’entreprises dans le secteur du numérique, de plus en plus d’habitants recherchent à acheter ou à louer un appartement ou une maison à Nantes et ses environs. La culture nantaise et la proximité avec le littoral y offrent une belle qualité de vie. Élue capitale européenne de l’innovation en 2019, Nantes se positionne comme une ville où il fait bon vivre. Ainsi, chaque année, la métropole de l’Ouest accueille plus de 8 000 nouveaux habitants séduits par son cadre de vie.

La crise sanitaire et la démocratisation du télétravail ont notamment contribué à attirer les salariés parisiens qui peuvent désormais se permettre de faire quelques heures de TGV pour aller travailler de temps à autre en présentiel dans la capitale. Une nouvelle mobilité largement représentée par les néo-Nantais originaires de Paris, de Lyon ou encore de Bordeaux.

L’attractivité de la ville de Nantes et l’accroissement démographique se manifestent pas une augmentation significative de la demande de logements : en 1 an, c’est 29 % d’augmentation sur le marché immobilier de la transaction et +44 % sur le marché locatif. L’offre de location de logements nantais augmente, quant à elle, à hauteur de seulement 6 %. Un delta qui provoque à termes une raréfaction de biens immobiliers dans la métropole nantaise.

À l’heure de la crise sanitaire, la demande immobilière à Nantes s’oriente davantage vers des appartements avec balcon pour 79 % des cas, contre 20 % pour une demande de maison. Les biens immobiliers nantais les plus recherchés sont des T3 (à 25 %), des T2 (à 23%) et des T5 et + (à 19 %). La présence d’un extérieur de type terrasse, jardin ou balcon est désormais le critère prioritaire pour les investisseurs immobiliers nantais. Un besoin essentiel qui s’est révélé suite aux divers confinements de cette année 2020.

Les spécialistes du marché immobilier à Nantes ont également constaté une recrudescence de la demande de biens immobiliers haut de gamme. À la surprise des professionnels de l’immobilier nantais, les logements d’exception dans les catégories de prix les plus élevés (autour de 800 000 € à 1 200 000 €) étaient largement sollicités à la sortie du premier confinement.

Marché immobilier à Nantes – Couple rencontrant un négociateur immobilier dans son agence.
©Goodluz – Shutterstock

Le marché immobilier nantais sous tension

Victime de son succès, le marché immobilier à Nantes est plus que jamais sous tension. Avec l’augmentation de la demande, l’offre de logements se fait plus rare dans la métropole. En effet, les stocks de biens immobiliers disponibles s’amenuisent. Une tendance déjà présente avant la crise sanitaire du coronavirus mais qui n’a fait que se renforcer ces derniers mois.

L’hypercentre de Nantes reste l’un des quartiers les plus prisés de la ville avec des prix moyens à 4 278 €/m². Avec une part importante d’appartements et de petites maisons, ces types de biens immobiliers dans le quartier du centre-ville sont particulièrement recherchés par les investisseurs locatifs. En effet, le quartier possède une forte densité étudiante, une clientèle idéale de la demande locative.

Proche du centre-ville, le quartier des Hauts-Pavés - Saint-Félix attire également les investisseurs immobiliers grâce à son esprit de village au cœur de la ville de Nantes. À raison de 4 257 €/m², ce quartier très prisé, convivial et chaleureux, voit sa densité démographique être la plus importante de la métropole du Pays-de-la-Loire.

À deux pas de l’hypercentre nantais, l’île de Nantes est également un quartier qui a le vent en poupe. Connue pour loger la fameuse galerie des Grandes Machines, l’Île de Nantes connait un bel essor avec l’installation de nouveaux logements, de centres culturels, d’espaces de coworking et de commerces alternatifs. Dans ce quartier, il faut compter en moyenne 3 612 €/m² pour faire l’acquisition d’un logement.

Enfin, le quartier familial de Procé-Monselet attire les acquéreurs immobiliers grâce à son grand parc public de 12 hectares qui contribue au succès du secteur. Ce quartier de Nantes offre tous les avantages caractéristiques de la ville tout en bénéficiant d’une ambiance calme et accueillante avec des prix d’achat immobilier avoisinant les 4 307 €/m².

Marché immobilier à Nantes – Figurine de maison en bois à côté de 4 piles de pièces de monnaie allant de la plus petite à la plus grande.
©Denphumi – Shutterstock

Les prix immobiliers à Nantes s’envolent

L’attractivité des quartiers de la ville de Nantes et la pénurie du marché immobilier face à la demande toujours croissante contribuent à la flambée des prix des logements. Une tendance déjà observer ces dix dernières années mais qui s’est confirmée en 2020. Un phénomène dont les conséquences se font sentir sur les investisseurs immobiliers souhaitant s’installer en centre-ville. Ces derniers sont contraints de renoncer à des mètres carrés pour rentrer dans leur budget.

Nantes : 5ème ville de France en termes de prix au m².

Il y a 10 ou 15 ans en arrière, il était plus facile d’acheter un bien immobilier en plein cœur de Nantes grâce à des prix deux fois moindre qu’aujourd’hui. Actuellement, devenir propriétaire pour une résidence principale ou pour un investissement locatif est plus complexe. En l’espace de 5 années, le prix de l’immobilier nantais a connu une augmentation de 43 %, passant de 2 918 €/m² en octobre 2015 à 4 185 €/m² en 2020.

Cette augmentation significative des prix du marché immobilier à Nantes a rendu le marché de report plus actif. Les acquéreurs nantais qui veulent agrandir leur espace de vie sont contraints à se tourner vers les communes environnantes de la métropole nantaise. Soit pour des raisons financières, soit pour assouvir des envies de terrains et d’espaces extérieurs.

Prospecter hors de la ville, voilà la nouvelle tendance des investisseurs immobiliers nantais. Les communes limitrophes se parent d’infrastructures, de commerces, et amélioreront leur accessibilité pour attirer les nouveaux acquéreurs immobiliers. À Saint-Herblain, Orvault, Rezé, Saint-Sébastien-sur-Loire ou encore à Bouguenais, les prix immobiliers se veulent plus abordables et s’échelonnent entre 2 2770 €/m² et 3 319 €/m².

Marché immobilier à Nantes – Grue de chantier et bâtiment en construction sous un ciel bleu.
©Unkas Photo – Shutterstock

Des projets de densification pour Nantes Métropole

Pour pallier l’arrivée toujours croissante de nouveaux habitants et leur permettre de bénéficier de logements qui correspondent à leurs besoins, la ville de Nantes souhaite construire la ville sur elle-même et densifier son cœur. Pour ce faire, la métropole nantaise projette la construction de nouveaux logements pour répondre à la croissance démographique de la ville. Hervé Patureau, directeur du pôle habitat, démographie et planification de l’Agence d’Urbanisme de la Région Nantais (AURAN) explique que l’augmentation de l’offre d’habitation entraînera, de facto, la baisse des prix. Cela permettra aux ménages les plus modestes de ne pas pâtir de la flambée des prix de l’immobilier nantais.

Pour répondre à ce besoin de logements neufs à Nantes, le Programme Local de l’Habitat 2019-2025 a été voté par les élus de la ville fin 2018. Ce programme prévoit la construction de 6 000 nouvelles habitations chaque année sur les 24 communes de l’agglomération nantaise. Malgré les différents confinements de 2020 qui ont ralenti les chantiers, les constructions ont repris de plus belle afin de permettre d’estomper au plus vite le déséquilibre entre l’offre et la demande. Le marché de l’immobilier à Nantes offre encore de belles perspectives en termes d’urbanisme. En ce début d'année, les professionnels sur secteur se veulent optimistes et rassurants quant à l’avenir de l’immobilier à Nantes.

Vous souhaitez bénéficier rapidement d’offres de logements neufs à Nantes et dans ses communes environnantes, BordeauxImmo9 met à votre disposition ses experts en courtage immobilier pour vous épauler dans votre projet.

Partager sur