Domotique et immobilier neuf à Nantes

Temps de lecture estimé à environ 8 minutes.
Avatar de l'auteur "Christelle Privat" Christelle Privat

le 12 janvier 2021

SOMMAIRE

« En 2023, les ventes d’objets connectés dans le monde devraient atteindre 157 milliards de dollars (soit 11 % de croissance annuelle) », selon un article publié sur le site de BFM. Bien que l’Europe soit quelque peu en retard sur l’utilisation de ces technologies, comparativement aux États-Unis et à l’Asie-Pacifique, l’intérêt des Français pour les objets connectés et les Smart-Home ne cesse de croître.

De nombreuses start-up et entreprises françaises comme Netatmo, Sen.se, Sigfox, etc. se sont spécialisées dans l’IoT (internet des objets) et s’exportent même à l’étranger. Le secteur de l’immobilier neuf à Nantes, n’échappe pas à la tendance et propose de plus en plus de maisons intelligentes aux futurs acquéreurs qui sont heureux de pouvoir bénéficier de ces nouvelles technologies. C’est la promesse d’un habitat confortable, sécurisé et éco-responsable.

Programmes résidentiels connectés, résidence étudiante intelligente, projet de maison connectée pour le secteur de la santé, la ville de Nantes répond présente sur ces enjeux concernant l’habitat de demain.

© Redpixel Pl - Shutterstock

La tendance Smart-Home dans l’immobilier neuf en 2020

Qu’est-ce que la domotique concrètement ?

Lorsqu’on décompose le mot domotique, on trouve la racine “domus” qui vient du latin “demeure” et le suffixe “tique” associé à la “technique”. La domotique regroupe donc l’ensemble des techniques qui permettent de contrôler, de programmer et d’automatiser un logement.

Au jour le jour, vivre dans une Smart-Home peut ressembler à ceci :

Un réveil en douceur, accompagné par la lumière montante du soleil, avec des volets programmés pour s’ouvrir à 7h30. La cafetière connectée prépare déjà une délicieuse boisson chaude dans votre tasse préférée et, entretemps, un pain au chocolat vous fait de l’œil.

Il est temps de rejoindre la salle d’eau intelligente et de prendre une douche vivifiante. La température ambiante de la salle de bain est parfaite, pour éviter les coups de froid de l’hiver. Le pommeau de douche écologique vous alerte lorsque vous avez utilisé plus de 40 litres d’eau pour cette douche matinale. Il est devenu rouge écarlate !

C’est l’heure de quitter le domicile pour quelques heures et de rejoindre le bureau. La maison se verrouille entièrement et automatiquement, même la fenêtre de la chambre qui est restée ouverte par mégarde. Le système de sécurité est en marche et se tient prêt à signaler toute intrusion suspecte. Travaillez sur vos deux oreilles !

Le soir venu, la maison est accueillante, un parfait petit cocon, car le chauffage a été activé 30 minutes avant votre arrivée. Pour dîner, le réfrigérateur peut proposer une recette de chili avec les ingrédients dont il dispose.

Après le repas, installez-vous confortablement dans le canapé pour regarder un bon film, télécommandé depuis la table basse du salon. Et hop, l’image est projetée sur l’écran noir ! C’est partie pour 2 heures d’évasion en haute définition.

Comment ça marche ?

Pour installer un système domotique dans une maison, plusieurs disciplines interviennent : L’électronique, la télécommunication, ainsi que le domaine de l’automatisme. Il est nécessaire de bien choisir son protocole de communication. Pour rappel, le protocole est la technologie qui permet à deux systèmes de communiquer entre eux. Les appareils et objets connectés doivent donc avoir le même protocole pour pouvoir fonctionner. Chacun à sa particularité. Certains sont qualifiés de propriétaires, d’autres sont : sans-fil, open-source, basse-consommation, très peu énergivore, à faible coût, etc.

Aujourd’hui, les box domotiques sont très souvent proposées. Au cœur du système, elles centralisent les informations. La box est reliée à des capteurs disséminés dans toute la maison qui donnent des informations sur la température, la luminosité, etc. La box est également reliée aux objets connectés qui sous son commandement s’ouvrent ou se ferment, s’allument ou s’éteignent, etc.

Il est plus simple d’installer un système domotique dans un logement neuf. Les coûts liés à l’installation seront moins importants, surtout lorsque le protocole est filaire.

Les avantages de la maison intelligente

De plus en plus de promoteurs immobiliers proposent des services de domotique aux nouveaux acquéreurs. Ceux qui achètent en résidence principale sont ravis de ces nouveaux services qui s’adaptent à leurs besoins et les accompagnent au quotidien. Il est possible de rajouter de nouveaux objets connectés à un système domotique pour coller au mieux au style de vie de chacun. Ceux qui investissent savent que leur bien aura un avantage sur le marché.

Il existe plusieurs avantages à acheter un appartement neuf et intelligent :

Le principal inconvénient de ce type d’achat réside essentiellement dans le prix qui est nécessairement plus élevé qu’un système traditionnel. Il est également nécessaire de disposer d’une connexion internet pour garantir la bonne marche du système.

RE2020 et éco-domotique : une association heureuse

© Juan Ci - Shutterstock

Avec le réchauffement climatique, les populations sont de plus en plus concernées par le respect de l’environnement et l’économie des ressources, qui ne sont pas infinies. C’est dans ce contexte qu’apparait l’éco-domotique qui intègre la question du développement durable.

La sobriété énergétique, fer de lance de la nouvelle norme environnementale RE2020, peut être poursuivie grâce aux technologies de la domotique qui permettent de mieux connaître nos habitudes de consommation et qui donnent l’opportunité de les rectifier lorsque cela est nécessaire. En automatisant certaines commandes, il est possible d’atteindre une consommation plus raisonnée, et plus sobre.

Le besoin de froid intégré à l’indicateur Bbio, qui est la nouveauté de la RE2020. Il permet de parer aux fortes vagues de chaleur d’été, dans les logements. Ce besoin de froid pourra être mieux appréhendé avec un système intelligent intégré aux habitations.

La RE2020, qui entrera en vigueur en 2021 pour les logements neufs, accélérera sans doute le déploiement de ces maisons intelligentes à Nantes et dans la France entière.

La domotique à Nantes

© Saiko3P - Shutterstock

MicroEJ, une entreprise nantaise qui compte dans l’univers de l’IoT

Plusieurs entreprises de la région participent à ce développement des Smart-Home. MicroEJ propose une technologie d’édition de logiciel pour la conception de logiciels embarqués. Ce ne sont pas moins de 37 millions d’objets connectés qui fonctionnent avec le système d’exploitation de la société Nantaise.

Régis Latawiec, l’un des créateurs de l’entreprise est confiant en l’avenir.

« Nous disposons d’une technologie unique et nous maîtrisons notre propriété intellectuelle, analyse-t-il. Nous offrons cette capacité de prototypage et d’essai puis la possibilité d’augmenter de façon incrémentale les fonctionnalités. Le tout sans imposer une électronique particulière, et sur des concepts de développement connus de tous ; il y a 10 millions de développeurs Java dans le monde. » indique t’il.

HiConcept construit des maisons intelligentes

Cette entreprise située dans la Mayenne, construit des maisons intelligentes avec des solutions innovantes et sur mesure. Maxime Théard le PDG, est surtout connu pour ses installations remarquables dans le domaine du cinéma. Selon le spécialiste de l’audiovisuel et de la domotique, il faut compter 30 000 € à 250 000 € pour ce type de service.

La résidence étudiante Alpha City : unique et connectée !

À la Roche sur Yon, la résidence Alpha, créée pour les étudiants, est un concentré de nouvelles technologies. À l’aide, d’une application mobile sur leur smartphone, les résidents peuvent piloter les fonctions connectées du logement à distance (volets roulants, système de chauffage, etc.).

Le “mode absent” que l’on peut activer par un bouton poussoir près de la porte permet d’éteindre toutes les lumières et de régler le chauffage. Le chauffage se coupe lorsque la fenêtre de la pièce s’ouvre. Ce qui peut représenter une économie de 20 % d’électricité.

À l’entrée du bâtiment les étudiants s’authentifient grâce à un flashcode. L’usager est capable de voir ses visiteurs sur son smartphone car l’image du visiophone lui est renvoyée via l’application.

Pour internet, le système Li-Fi (Light Fidelity) est exploité. Ce procédé très peu répandu et novateur est une technologie de transmission des données via la lumière développée par Latécoère et certaines compagnies aérienne comme Air France commençant tout juste à l’utiliser. Il est jusqu'à 10 fois plus rapide que le Wifi et la connexion est plus sécurisée (la lumière ne traverse pas les murs). Cette technologie fait partie des économies bleues car elle utilise les infrastructures existantes (lumière LED), elle est aussi plus saine que le Wifi car elle n’émet pas d’onde.

Un service de e-conciergerie est mis à la disposition des étudiants de la résidence. Lorsque le livreur dépose le colis, un message d’information est envoyé au destinataire avec un code pour pouvoir récupérer son colis.

Nul doute que les milléniales très réceptifs aux nouvelles technologies aient apprécié la qualité des services et le confort proposé dans ces appartements uniques.

SmartHealth, la santé connectée

Le domaine de la santé est également très concerné par les systèmes intelligents de la maison et les objets connectés. Ces technologies sont très utiles pour les personnes âgées, vulnérables, ou dépendantes.

À Nantes, le projet SmartHealth mené par les étudiants de l’école d’ingénieur Centrale à Nantes est un exemple. La maison connectée pour la santé permet de suivre à domicile des patients qui ont besoin d’assistance. En ces temps d’épidémie et d’engorgement des hôpitaux, le fait de pouvoir rester chez soi, tout en étant surveillé de très près est un avantage non négligeable.

L’objectif du projet est la récupération de données vitales afin de créer des algorithmes capables de :

“reconnaître les schémas caractéristiques d’évolution des constantes vitales et ainsi pouvoir prédire ou prévenir les situations à risque”. Selon le groupe d’étudiant, le projet SmartHealth est une solution alternative à un modèle "économique du système de santé français arrivant à ses limites".

Partager sur